Rencontre exceptionnelle entre le Patriarche Cyrille et le Pape François

CE QUI RAPPROCHE / CE QUI SEPARE

Humbert de Moyenmoutiers et Michel Cérulaire réconciliés ?


Ce jeudi à Cuba, une des toutes dernières bastilles du communisme matérialiste, va se tenir une rencontre exceptionnelle entre les deux responsables de deux des grands rameaux de la chrétienté, le pape François et le patriarche de Moscou Cyrille 1er.
Rappelons rapidement que c'est à 1054 que l'on fait communément remonter la séparation entre églises romaine d'occident et orientale orthodoxe, le Grand Schisme. Le fait générateur, il en faut bien un, fut l'excommunication réciproque prononcée par Humbert et Michel, les représentants des deux églises, alors encore associées, pour sanctionner la différence de dogme sur la " filioque", les relations entre les trois parties de la Sainte Trinité. On devine bien sûr l'intensité des luttes pour le pouvoir spirituel et temporel qui faisait rage, sous-jacente à ces querelles idéologiques. Diverses exactions s'en suivirent entre factions chrétiennes, y compris lors des croisades entreprises par les croisés de l'Occident en route vers la Palestine. Et pendant l'essentiel du dernier millénaire, le catholicisme et l'orthodoxie ont fait corps avec chacune des deux parties de l'Europe, à l'exception de quelques phases révolutionnaires, 1789 pour l'un, 1917 pour l'autre. Ces dernières périodes n'apparaissent cependant avec le recul que comme des parenthèses vite refermées, tant reste vivace l'attachement des populations à un principe de transcendance.

 

Alors que peuvent se dire aujourd'hui Cyrille et François ? Gageons que le dogme ne sera pas au centre de l'entrevue! Ce que l'on sait des conceptions des deux hommes permet de dégager un intérêt commun pour introduire dans l'économie de leurs zones d'influence plus de justice sociale, les deux hommes ont exprimé leur souci de tempérer les rigueurs du capitalisme vers un plus grand souci du développement individuel. Mais comment ne pas imaginer qu'ils tenteront de concerter leurs efforts pour intervenir auprès des autorités musulmanes, malheureusement peu hiérarchisées, pour affronter en commun la tentation du radicalisme islamique. La tâche est redoutable tant sont sensibles la question actuelle comme les souvenirs des chocs frontaux entre Islam et Chrétienté. On ne peut donner prise au moindre soupçon de recréer je ne sais quelle croisade mais il doit être possible d'obtenir un soutien actif et résolu sans réserves des diverses autorités musulmanes à un projet mondial de paix universelle. Il n'est pas interdit de rêver un peu.
Nous concernant encore plus directement, pourquoi ne pas envisager une éventuelle coopération entre les deux hiérarques pour inciter les politiques européens à remiser définitivement les querelles secondaires qui opposent encore la Russie au reste de l'Europe. Encore que l'on sache que notamment la question de l'Ukraine est particulièrement sensible au patriarcat de Moscou dont le berceau fut Kiev. Enfin parce que la première inégalité est l'absence de liberté, souhaitons que Cyrille et François aient la présence d'esprit dans leur remerciements à leur hôte, de le rappeler à Raoul!

Jean-Paul Pierret pour la Chambre Economique Russo-Française

cyrille françois pape patriarche moscou rencontre cuba